Elisabeth Rioux se fait humilier à LCN et à QUB après avoir dénoncé son ex-conjoint pour violence conjugale

Sur les ondes de LCN mardi après-midi, la chroniqueuse Geneviève Pettersen et l’animatrice Julie Marcoux ont émis des jugements désapprobateurs sur les photographies de l’entrepreneuse et influenceuse Elisabeth Rioux, soulevant un tollé sur les réseaux sociaux. Cette dernière venait tout juste de dénoncer publiquement son ex-conjoint pour violence conjugale.

Elisabeth Rioux, connue pour avoir lancé la compagnie Hoaka Swimwear, a décidé lundi de dénoncer publiquement son ex-conjoint, Bryan McCormick, révélant qu’elle avait été victime de violence conjugale. Depuis quelques temps, les spéculations sur la séparation soudaine du couple circulaient sur les réseaux sociaux, tandis que McCormick ne se gênait pas pour dénigrer publiquement Rioux.

Cette dénonciation de violence conjugale qui faisait l’objet de la chronique de Pettersen à LCN, a pourtant été éclipsée par son analyse du « style de vie » de la victime, comme on peut le voir dans cet extrait vidéo qui a circulé sur Instagram.

« …c’est vraiment une personne qui est devenue populaire avec sa chaîne de maillots et, j’ai envie de dire, ses fesses, puisqu’on les voit à l’écran…»

Geneviève Pettersen, chroniqueuse à LCN

Pettersen a également qualifié l’acte de dénoncer la violence conjugale au fait de « laver son linge intime en public »: 

« C’est là où moi je trouve ça excessivement complexe et très très délicat parce que, je le disais tantôt, les influenceurs souvent, pas tous, mais parfois lavent leurs linges intimes en public et là hier ça a pris des tournures quand même assez intenses… »

Geneviève Pettersen, chroniqueuse à LCN

L’humiliation s’est poursuivie au micro de Benoît Dutrizac sur les ondes de QUB radio, tandis que Pettersen et l’animateur ont déploré qu’elle expose son corps sur les réseaux sociaux, se sont amusés du nom de son enfant et du fait qu’elle ait été enceinte rapidement après avoir rencontré son conjoint. L’animateur de l’émission s’est ensuite emporté parce que des jeunes pouvaient suivre Élisabeth Rioux sur les réseaux sociaux. L’influenceuse ferait partie de « la lie » de la société selon Benoît Dutrizac qui a ensuite comparé ses publications sur les réseaux sociaux à celles de Donald Trump. Il a invité à ce qu’on la censure comme Twitter et certains médias le font pour le président défait aux États-Unis.

Les propos tenus à LCN et à QUB ont vite enflammé les réseaux sociaux, alors que les appuis à Rioux se sont multipliés. Une de ses bonnes amies a également pris la parole publiquement pour dénoncer les failles dans le système d’aide aux femmes victimes de violence conjugale, en réaction aux propos culpabilisant qui ont été tenus en onde.


Aidez à faire entendre des idées différentes.
Faites un don à Majeur.

Nous publions chaque jour de nouveaux articles grâce à l’appui financier de centaines de Québécois et de Québécoises. Chaque don que nous recevons, qu’il soit grand ou petit, nous aide grandement. Faire un don ne prend qu’une minute, cliquez sur le bouton pour nous aider.


Ne manquez rien de Majeur!

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir un résumé hebdomadaire sur les enjeux qui vous préoccupent.


Vous aimez nos publications?
Suivez Majeur sur vos réseaux sociaux