Crédit Photo: Katya Konioukhova | Publicité sauvage

Pour 84% des Québécois, les salaires et la surcharge de travail expliquent la pénurie en santé et en éducation

Un sondage CROP commandé par la FTQ révèle que 84% des québécois considèrent que la surcharge de travail et les bas salaires expliquent la pénurie de personnel dans le secteur de la santé et de l’éducation. De plus, 85% de la population croit qu’il est nécessaire que le gouvernement fasse de la négociation des conventions collectives du secteur public une priorité.   

Depuis le début de la pandémie, les conditions de travail dans le secteur public sont pointées du doigt comme l’une des causes de la pénurie de main-d’oeuvre qui affecte actuellement les milieux de la santé et de l’éducation. Selon un sondage publié aujourd’hui, 84% de la population croit en effet que ces causes expliquent la pénurie actuelle.

Le sondage a aussi interrogé spécifiquement les personnes qui travaillent dans le secteur public. De ce lot, 41% des personnes interrogées par CROP affirment songer à un changement de carrière en raison de la situation actuelle.

Pour Daniel Boyer, président de la FTQ, ces résultats montrent qu’il est urgent d’améliorer les conditions de travail des employés du secteur public pour freiner l’hémorragie.

« En laissant traîner la négociation, c’est clair que plusieurs travailleurs et travailleuses vont quitter le réseau, d’ailleurs c’est déjà commencé.  Nous sommes en train de perdre des gens d’expérience ainsi que la relève. Le gouvernement doit se réveiller et donner le mandat à ses négociateurs de régler, et rapidement. »

Daniel Boyer, Président de la FTQ

L’amélioration des conditions de travail dans le secteur public est perçue comme un investissement, plutôt que comme une dépense, par une majorité des répondants au sondage (77%). Le recours à des agences de placement pour combler le manque de personnel dans le milieu de la santé est également décrié par les répondants. Ainsi, 89% de la population croit que le gouvernement de François Legault devrait embaucher davantage de personnel plutôt que de recourir à cette pratique.


Aidez à faire entendre des idées différentes.
Faites un don à Majeur.

Nous publions chaque jour de nouveaux articles grâce à l’appui financier de centaines de Québécois et de Québécoises. Chaque don que nous recevons, qu’il soit grand ou petit, nous aide grandement. Faire un don ne prend qu’une minute, cliquez sur le bouton pour nous aider.


Ne manquez rien de Majeur!

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir un résumé hebdomadaire sur les enjeux qui vous préoccupent.


Vous aimez nos publications?
Suivez Majeur sur vos réseaux sociaux