«Les promoteurs immobiliers ne satisfont pas nos besoins»

Louis Gaudreau, professeur à l’UQAM, vient de publier Le promoteur, la banque et le rentier chez Lux, un ouvrage sur l’histoire du logement au Québec et au Canada. En entrevue avec Majeur, il souligne que les promoteurs immobiliers ne remplissent pas les besoins de la population en matière de logement.

Selon Louis Gaudreau, la multiplication des tours à condos que connaît Montréal n’aidera pas ceux qui vivent la crise du logement. «Les gens ne vont pas libérer un 5 ½ dans Hochelaga pour aller s’acheter un micro-condo de 400 pieds carrés dans Griffintown. Les promoteurs ne répondent pas à des besoins existants, ils en créent de nouveaux pour les gens qui ont l’argent pour les combler », souligne celui qui étudie le logement depuis plus de dix ans.

Quel est l’avenir du hockey professionnel féminin?

La date du retour au jeu de la NWHL n’est pas encore connue, mais il est clair que la jeune ligue de hockey n’est pas au bout de ses peines. Après la COVID-19, il lui faudra trouver des investisseurs et régler son différend avec le syndicat des joueuses.

Contrairement à la ligue féminine de basketball, la NWHL n’a pas de partenariat avec la LNH. Pour l’instant, la majorité des équipes ne sont même pas indépendantes. Buffalo, Connecticut, New York et le Minnesota appartiennent à la NWHL, tandis que Boston et Toronto ont des propriétaires indépendants.

Dani Rylan, la fondatrice de la ligue, a d’ailleurs cédé son poste de commissaire cet automne afin de se consacrer à temps plein à la recherche de propriétaires indépendants, prêts à investir de l’argent neuf dans la ligue.

Au lieu de laisser le logement être développé par ces promoteurs, Louis Gaudreau propose la construction de coopératives d’habitation, mais aussi la création de fiducies foncières communautaires. Ces deux solutions permettent de remplir les besoins de logement tout en enrayant la spéculation immobilière.


Vous aimez nos publications?
Suivez Majeur sur vos réseaux sociaux