Photo : PxHere

Les grandes banques permettent la circulation de billions de dollars provenant du marché noir

Un consortium international de journalistes a mis la main sur des documents du gouvernement américain montrant que les mécanismes de vérification des banques sont déficients. Plus de deux billions (2000 milliards) de dollars d’origine suspecte auraient circulé grâce à elles et ce, un peu partout sur la planète.

Les documents montrent qu’au moins cinq grandes banques (JPMorgan, HSBC, Standard Chartered, Deutsche Bank et Bank of New York Mellon) ont fait affaire avec des clients douteux liés au crime organisé et à la corruption même après avoir été sanctionnées par les gouvernements. Dans certains cas, elles étaient visées par des amendes de milliards de dollars, mais elles s’en sortaient en signant des accords de réparation. Et elles finissaient par ne pas respecter ces accords. 

En tout, ce sont plus de 2100 opérations douteuses, touchant des individus dans 170 pays, qui sont concernées. Elles ont pu être effectuées parce que les banques ne procédaient pas à une véritable collecte d’informations au sujet de ces clients. Dans plusieurs cas, elles se contentaient d’une courte recherche faite sur internet par des employés débordés.

Toutefois, les banques concernées ont empoché des profits substantiels grâce à ces transactions, en raison des frais bancaires et de leur capacité à placer cet argent. Elles savent que des opérations douteuses ont lieu, mais elles ne les déclarent aux autorités que lorsqu’elles sont visées par des enquêtes policières ou journalistiques.


Aidez à faire entendre des idées différentes.
Faites un don à Majeur.

Nous publions chaque jour de nouveaux articles grâce à l’appui financier de centaines de Québécois et de Québécoises. Chaque don que nous recevons, qu’il soit grand ou petit, nous aide grandement. Faire un don ne prend qu’une minute, cliquez sur le bouton pour nous aider.


Ne manquez rien de Majeur!

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir un résumé hebdomadaire sur les enjeux qui vous préoccupent.


Vous aimez nos publications?
Suivez Majeur sur vos réseaux sociaux