Les compagnies pétrolières ont « perdu » des centaines de puits au Québec

Le quotidien Le Devoir a appris qu’au moins 244 puits abandonnés par les compagnies d’hydrocarbures doivent encore être retrouvés par le Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. Dans plusieurs cas, ils représentent un véritable danger public.

Depuis un siècle, près d’un millier de puits ont été forés dans la vallée du Saint-Laurent pour trouver du pétrole ou du gaz naturel. Mais tous n’ont pas encore été localisés.  Seulement 790 ont été retrouvés et sont considérés «inactifs». Dans l’ensemble, ces puits ont été forés le long du Saint-Laurent, surtout entre Montréal et Québec.

Les puits introuvables représentent un problème important pour la santé publique, parce que du gaz peut fuir  contaminer les terres agricoles, empoisonner les individus ou créer des explosions. En février, un puits foré dans les années 50 a explosé à Batiscan, en Mauricie, forçant la fermeture de la route 138 pendant plusieurs heures. 

Les entreprises qui les ont creusées ne sont pas en charge de surveiller ces anciennes installations. Plusieurs d’entre elles n’existent plus. C’est plutôt le gouvernement qui doit faire ces recherches et payer pour sécuriser les puits. C’est le gouvernement libéral de Philippe Couillard qui a mis en place cette politique en 2018, et le gouvernement de François Legault continue dans la même voie : faire payer les Québécois pour les puits abandonnés.


Aidez à faire entendre des idées différentes.
Faites un don à Majeur.

Nous publions chaque jour de nouveaux articles grâce à l’appui financier de centaines de Québécois et de Québécoises. Chaque don que nous recevons, qu’il soit grand ou petit, nous aide grandement. Faire un don ne prend qu’une minute, cliquez sur le bouton pour nous aider.


Ne manquez rien de Majeur!

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir un résumé hebdomadaire sur les enjeux qui vous préoccupent.


Vous aimez nos publications?
Suivez Majeur sur vos réseaux sociaux