Elles sont payées moins que le salaire minimum pour s’occuper des enfants

Les éducatrices de garderie en milieu familial sont en négociation avec le gouvernement pour obtenir une hausse de leur rémunération, qui se situe en-dessous du salaire minimum. Elles ont commencé une grève tournante le 1er septembre et pourraient déclencher une grève illimitée à partir du 21 septembre. 

En tenant compte de l’ensemble des heures de travail et des dépenses connexes, la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ) estime que le salaire horaire des éducatrices en milieu familial est actuellement de 12,42 $. D’ailleurs, une majorité de la population québécoise juge cela insuffisant. Considérées comme travailleuses autonomes (donc n’ayant pas accès à l’assurance-emploi et à la protection des normes du travail), elles sont en charge de 91 604 enfants dans la province, soit environ le tiers de la population d’âge préscolaire.

Les femmes représentent 97% des personnes travaillant dans ce métier. . Comme pour les autres professions où les femmes sont majoritaires, les salaires des éducatrices est bas. 

Dans le contexte de la pandémie, plusieurs d’entre elles ont décidé de quitter leur emploi, ce qui est venu amputer le réseau de garde d’environ 13 000 places.  L’accès à des services de garde a des conséquences importantes pour les enfants, comme pour les parents. Par exemples, les mères québécoises regagnent un salaire égal à celui des femmes sans enfant à l’intérieur de 4 ans après la fin de leur congé de maternité, contre 12 ans dans le reste du Canada. 


Aidez à faire entendre des idées différentes.
Faites un don à Majeur.

Nous publions chaque jour de nouveaux articles grâce à l’appui financier de centaines de Québécois et de Québécoises. Chaque don que nous recevons, qu’il soit grand ou petit, nous aide grandement. Faire un don ne prend qu’une minute, cliquez sur le bouton pour nous aider.


Ne manquez rien de Majeur!

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir un résumé hebdomadaire sur les enjeux qui vous préoccupent.


Vous aimez nos publications?
Suivez Majeur sur vos réseaux sociaux