Legault hésitant sur la protection des bélugas, mais favorable à GNL-Québec

Alors qu’un nouveau groupe d’experts demande un moratoire sur l’augmentation du trafic maritime sur la rivière Saguenay pour protéger les bélugas, le gouvernement de François Legault répond que c’est à Ottawa de prendre la décision. Pendant ce temps, il envoie des signaux favorables au projet GNL-Québec, l’une des principales menaces pour ces mammifères marins en raison de l’augmentation du trafic maritime qu’il provoquera.

Selon les chercheurs, ce secteur de la rivière Saguenay serait le refuge d’environ la moitié des 1000 bélugas encore présents au Québec. Le bruit sous-marin et les collisions avec les navires sont les principaux obstacles au rétablissement de la population de ce mammifère marin, qui poursuit son déclin à l’heure actuelle. Le projet GNL-Québec prévoit la construction d’un gazoduc et d’un complexe industriel à Port Saguenay pour la liquéfaction du gaz naturel et son exportation maritime qui entraînerait une hausse importante du nombre de passages de bateaux. Même s’il a la responsabilité de protéger la faune et la flore, le gouvernement du Québec juge que c’est le fédéral qui doit intervenir pour encadrer le transport maritime.

En juin 2019, 160 scientifiques recommandaient d’abandonner GNL-Québec et en octobre 2019, 40 économistes venaient mettre en doute sa viabilité financière. Malgré tout, le gouvernement a laissé le projet aller de l’avant. Le dossier sera bien évalué par le BAPE, mais sa commission d’enquête sera pilotée par Denis Bergeron, qui a travaillé pendant 16 ans comme consultant pour le principal lobby de l’industrie pétrochimique. Cette nomination soulève des doutes sur la neutralité du processus, d’autant plus que le ministre de l’environnement Benoit Charette a déclaré que son gouvernement avait un « préjugé favorable » envers le projet.


Aidez à faire entendre des idées différentes.
Faites un don à Majeur.

Nous publions chaque jour de nouveaux articles grâce à l’appui financier de centaines de Québécois et de Québécoises. Chaque don que nous recevons, qu’il soit grand ou petit, nous aide grandement. Faire un don ne prend qu’une minute, cliquez sur le bouton pour nous aider.


Ne manquez rien de Majeur!

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir un résumé hebdomadaire sur les enjeux qui vous préoccupent.


Vous aimez nos publications?
Suivez Majeur sur vos réseaux sociaux