350 millions $ d’argent public gaspillés dans le ciment

La cimenterie McInnis à Port-Daniel-Gascons, largement financée par l’État québécois lors de sa création, n’est pas rentable et serait sur le point d’être vendue à des intérêts étrangers. La mise de fond engagée par les précédents gouvernements péquiste et libéral s’est volatilisée.

En 2014, le gouvernement de Pauline Marois, par le biais d’Investissement Québec, a annoncé un investissement de 350 millions $ dans l’entreprise McInnis pour démarrer le projet. La majeure partie de cet argent ne reviendra pas dans les coffres publics avec la vente de la cimenterie qui surviendra prochainement.

Malgré les difficultés qui plombent l’entreprise depuis ses débuts, la Caisse de dépôt y a injecté environ 450 millions $ ces six dernières années. Maintenant, elle planifie vendre sa participation dans le projet, et la compagnie brésilienne Votorantim se montre intéressée. Cependant, cette vente se traduirait aussi par des pertes pour la Caisse.

Lundi, François Legault a affirmé qu’il s’opposerait à un « réinvestissement massif » pour garder la propriété de la cimenterie, qui emploie 200 personnes, entre des mains québécoises. Mais, il n’a pas fermé la porte non plus au projet d’acquisition par l’entreprise Béton provincial, de Matane. Celle-ci demande une nouvelle aide de 150 millions $ à l’État.

L’autre partenaire majeur dans McInnis est la famille Beaudoin-Bombardier, qui détient un droit de veto sur la vente des parts de la CDPQ en-dessous d’un prix minimal. L’aide reçue par Laurent Beaudoin par le biais de la Caisse de dépôt et de l’État pour les sauvetages successifs de Bombardier se calcule en milliards $.


Aidez à faire entendre des idées différentes.
Faites un don à Majeur.

Nous publions chaque jour de nouveaux articles grâce à l’appui financier de centaines de Québécois et de Québécoises. Chaque don que nous recevons, qu’il soit grand ou petit, nous aide grandement. Faire un don ne prend qu’une minute, cliquez sur le bouton pour nous aider.


Ne manquez rien de Majeur!

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir un résumé hebdomadaire sur les enjeux qui vous préoccupent.


Vous aimez nos publications?
Suivez Majeur sur vos réseaux sociaux